Jetzt geht’s los ! ! Arrivée à Téhéran..

Jetzt geht’s los ! ! Arrivée à Téhéran..

Ce voyage signifie pour moi le début d’un nouveau chapitre de vie mais aussi la fin d’une belle aventure suisse.

Tout comme Ben beaucoup de sentiments se croisent depuis quelques semaines. Le bouleversement d’un quotidien, ranger pour la dernière fois sa raquette de badminton après l’habituelle pizza du Hühnerstahl, passer à la menuiserie pour achever la fameuse table de Maelon, longer le lac de Zürich à vélo au moment du coucher du soleil, prendre le train de la ligne S4 qui m’a donné tant de fil à retordre, faire un dernier tour de chantier en saluant les ouvriers souriants, faire le vide, se détacher du matériel, vendre ses meubles, et ne garder que l’essentiel (ou presque, il reste quand même un 11 m 3 plein..) Emballer des centaines d’objets dans des cartons pour finalement n’emporter que 4 sacoches pour 9 mois de vie… Réaliser à nouveau que le matériel importe si peu et seules les relations que l’on a construites ici et ailleurs ont une réelle valeur. Quelques pincements au coeur de quitter la culture suisse et de ne bientôt plus entendre quotidiennement les « hopp Uto! » « chhhom mal » « isch guet sooo » « gäbig gsi ! » « dene wos guet geit » « Z’nüni' » mais j’emporte ma cloche suisse qui m’accompagnera j’espère jusqu’en Asie!

C’est là qu’on se demande pourquoi on part : pour moi il n’y a pas d’autres raisons que de m’enrichir des autres et de leur savoir-être, d’échanger avec eux, d’ouvrir mon esprit, de mettre les préjugés occidentaux au placard, de prendre de la distance sur le rythme effréné de notre société mondialisée et de partager des souvenirs inoubiables avec mes compagnons de voyage.

Touchée par toutes les preuves d’amitié qui m’ont été transmises ces dernières semaines, mes batteries sont chargées à fond ! ! Quelques jours dans le Sud de la France pour se poser et finir les derniers préparatifs. Quelle joie de partager ces premiers jours du voyage avec Papa et Maman, comme s’ils accompagnaient leur fille pour son envol vers d’autres horizons.

A présent, c’est avec impatience et un peu d’appréhension que je m’apprête à partir ; emboitant le pas – ou plutôt la roue – de Ben et Roro qui me font déjà voyager par leurs récits.

Lundi matin, départ 7:00 de Roquevaire avec mes parents (Flo & Guy pour les intimes). Après un marathon pour enregistrer nos bagages et changer de vol pour finalement voyager tous les trois ensemble (rouvrir le carton pour dégonfler les pneus, jeter les bouteilles d’essence… bravo Blondy!) on attache enfin notre ceinture, l’avion décolle …. Escale parisienne, puis stambouliote. Les visages changent déjà..  Le premier contact avec l’Iran se fait dans l’avion où nous rencontrons Sanaz, Mejtaba et leur fils Amir Ali. Invitation lancée, le rendez vous est pris pour le lendemain 17:00 devant l’entrée du parc Saad Abad pour une soirée mémorable.. (affaire à suivre).

Atterrissage à Téhéran, l’avion se pare de ses foulards.

Les deux Vamps avaient fait une répétition générale la veille.

L’obtention du Visa on Arrival (VOA) se déroule bien moyennant la lettre d’invitation de l’hotel, l’attestation d’assurance en anglais et 75 €. L’ordre de passage semble aléatoire – ce qui énerve particulièrement les touristes allemands – mais nous finissons par tous  obtenir notre visa après 1 bonne heure d’attente. Le douanier a le sourire, c’est le principal.

Sortie de l’aéroport de Téhéran avec les chants du Muezzine de la prière du matin. Une ambiance de marché. Notre chauffeur nous attend depuis 2 h sans aucune nouvelle de nous. Il charge avec le sourire le vélo sur le toit de sa Saman jaune aux sièges aux ressorts vieillissants et fonctionnant au gaz et à l’essence, témoin des ressoucres gazières pléthoriques de l’Iran.

Sur les 48 kms de l’autoroute éclairée tous les 30 m, luxe qu’ils peuvent se permettre certainement grâce au prix dérisoire de l’énergie (1 L d’essence pour l’équivalent de 30 cts) les voitures par dizaines sont arrêtées sur le bas côté. Il est 6 h du matin, la ville grouille déjà. Les tours illuminées du palace de l’imam Khomeini nous donne un avant goût grandiose de ce qui nous attend. Tout est écrit en Farsi, nous n’avons plus aucun repère.

Après 24h debouts, nous nous couchons enfin à 7:30 heure locale pour récupérer l’énergie dont on aura besoin pour visiter cette ville qui respire la vie et l’hospitalité! Suite au prochain épisode . . .

 

6 réactions au sujet de « Jetzt geht’s los ! ! Arrivée à Téhéran.. »

  1. Quel plaisir de partager cette magnifique aventure à travers vos récits! Et les Vamps ont grave la classe;)

  2. Merci pour les nouvelles, bon séjour en famille en Iran  et profites de ces quelques jours sans vélo avant le Grand départ.

    Tu as déja essayé de mettre un foulard sous le casque de vélo !!??

    Bises.

  3. Punaise, plus besoin de s'acheter de livres… les romans de Ben et Marina suffisent 😉

    heureusement que c'ets plus digeste que ceux d'Ulrikrrrre

    Bises à vous les voyageurs

  4. Génial ce premier article! 

    et toujours pas de petites larmichettes? chhommm!

    Vivement les photos!

    Bises à tous

Les commentaires sont clos.

Les commentaires sont clos.