Le Nord-Est de l’Iran

Le Nord-Est de l’Iran

# Flash back de Ben et Roro: mi-mai 2017

Après un petit tour dans le sud de l’Iran, nous reprenons notre route vers l’Est à partir de Téhéran en espérant récupérer notre visa turkmène à Mashhad.

Fini le plat, on grimpe à nouveau les montagnes de l’Albrouz, où l’on apprécie un bivouac le long du lac de Latyan Dan et le passage d’un  col à plus de 3000 m. L’imposant Mont Damavand (5697m) nous apparaît soudainement dans la descente des gorges en direction d’Amol,  tout comme l’avait fait son petit frère le Mont Ararat, quelques semaines plus tôt en Turquie.

Au bord de la mer Caspienne, on retrouve les grandes étendues vertes des plantations de riz, que l’on repique à cette époque. On pédale avec plaisir dans ces décors, d’autant que l’on rencontre chez Rousbeh (formidable hôte warmshower), quatre cyclistes francais dont nos compères Isaure et Tchouka avec qui on avait déjà roulé en Arménie.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Le riz est repiqué

L’accueil et la curiosité sont vraiment ancrés dans la culture iranienne: pour preuve, lors d’un pique nique, de jeunes iraniens de 12 à 14 ans viennent nous parler et nous prendre en photo. Soudainement, l’un part en courant et revient avec 2 glaces qu’il nous offre.  Ca contraste avec notre éducation française et aux phrases du type « Ne parle pas aux inconnus… »!

En Iran, les règles de galanterie se nomme « Taarof ».  Elles régissent aussi les règles d’hospitalité: un hôte va proposer à son invité tout ce qu’il est susceptible de désirer. L’invité se doit de refuser plusieurs fois afin de savoir s’il s’agit juste de politesse ou d’une réelle offre. De même pour un vendeur qui va dire « vous en me devez rien »…

DSC00615
Nos jeunes offreurs de glace

Il y a deux vies complétement différentes en Iran, entre la vie à l’extérieur et la vie chez soi, à l’abri des regards. Hormis dans les parcs, les Iraniens vivent beaucoup à l’intérieur derrière de nombreux rideaux (souvent trois, plus ou moins épais).

A Mashhad, nos hôtes nous convient à une soirée d’anniversaire: une fois arrivés dans la maison, fini les foulards et longues robes. Place aux (mini) jupes, talons et à l’alcool qui coule à flots. La maxime « Pour vivre heureux, vivons cachés », s’applique particulièrement bien à l’Iran. Lors de la soirée, les débats s’animent autour de la politique et le vote de Rohani: pour certains, il est beaucoup trop conservateur (malgré qu’il soit le moins conservateur de tous les candidats), et pour d’autres, il permet au pays de s’ouvrir lentement mais sûrement. Cependant, beaucoup d’entre eux (et plus particulièrement les femmes) nous indiquent qu’ils aimeraient émigrer en Europe ou Amérique du Nord pour avoir plus de liberté.

Après avoir longé la mer Caspienne, un peu avant Mashhad, on entre dans la région turkmène de l’Iran. En quelques kilomètres, on retrouve des élements de la culture turque, comme la langue, les vêtements colorés, les gens se retrouvant dehors en groupe… Les paysages aussi changent: des champs de blé apparaissent avec son lot de dromadaires, puis les collines grandissent peu à peu.

DSC00628

DSC00626
Course poursuite avec les enfants

A Gombad-e-Kavus, un cycliste iranien nous invite à visiter sa ville et pour la nuit. Pendant la soirée, pendant laquelle il nous indique les petites routes pour la suite du voyage, il nous montre l’ancêtre du site Warmshower: le journal « cyclo accueille cyclo » qu’il utilisait en France dans les années 80 et recensait les adresses des hôtes.

Après le passage à Mashhad, cette ville conservatrice, où se trouve la tombe de l’Imam Reza (8e Imam), une fois le visa en poche, on file rejoindre la frontière turkmène. Les collines vertes ont disparu et nous entrons dans le début du vaste désert du Karakoum.

A Sarracks, dernière ville Iranienne de notre trajet, on décide d’offir une glace à un enfant, qui nous aidait à trouver une boulangerie, avec nos derniers Rials. Un petit geste de remerciement pour ce pays qui nous a tant offert.

DSC00671
Merci l’Iran!

 

4 réactions au sujet de « Le Nord-Est de l’Iran »

  1. Coucou Ben et Roro

    Je met un commentaire un peu en décalé … J'aime bien la première photo pleine d'humour et la dernière où vous remercier le peuple iranien en offrant cette glace au petit garçon. Ils méritent en effet des jours meilleurs. On les leur  souhaite .

    Merci encore pour ces  belles photos et le partage de ce que vous vivez. On se régale.

    Où en est Romain ? On aimerait aussi pouvoir continuer à le suivre ???

    Bises

     

    Florence

     

  2. Très bel article qui nous fait partager vos rencontres, les paysages sublimes traversés et la beauté des échanges que vous avez dans tous ces pays visités.

    Vos sourires et les photos avec vos hôtes et personnes rencontrées en disent long sur les souvenirs que vous garderez de cette belle aventure.

    Merci pour tout nous avons à chaque fois le plaisir de voyager un peu avec vous et à travers vous. 

    Romain aux dernières nouvelles était à Khorog Tadjikistan en direction de Osh Ouzbékistan sur la Pamir highway. Apparemment route sublime mais avec des cols très très hauts

    Bises et bonne route en Chine Véronique 

  3. On va s'ennuyer dans quelques mois de ne plus avoir à consulter votre blog pour avoir de vos nouvelles, pour suivre votre périple, pour apprécier l'acceuil que vous font les gens rencontrés, pour admirer les photos, ….

    Profiter bien de ces mois restant et continuer à nous faire partager ces moments qui resteront innoubliables pour vous ……et aussi un peu pour nous.

    Bises à tous les deux et aussi à Roro si vous avez encore des contacts avrc lui et dites lui que je suis allé sur son site hier et que je ne dois pas avoir la dernière version …… sauf si il s''est pas arrété en Turquie !!!

Les commentaires sont clos.

Les commentaires sont clos.