Chine : Le Yunnan

Chine : Le Yunnan

Le petit Superman est à la fois ravi et intrigué de voir Ironman (alias Benoît) arriver à Kunming et franchir le pas de la porte de sa maison.

Après des coloriages et la lecture du soir pour Superman en anglais et mandarin, nous sommes invités le lendemain à notre premier mariage chinois par la chaleureuse famille de Li Fan.

DSC_9393
Shawn se concentre sous l’œil attentif d’Ironman

On a la pression, car on n’a pas prévu les tenues de soirée dans les sacoches. A l’entrée du bâtiment, quatre familles, qui ne se connaissent pas, réceptionnent leurs invités pour des cérémonies séparées. Bien aiguillés, nous nous dirigeons vers la bonne famille pour remettre aux parents des mariés une enveloppe rouge. Dans la tradition chinoise le rouge est symbole de bonheur, gaité et chance. C’est dans cette enveloppe qu’on donne de l’argent destiné au jeune couple. On entre dans la salle de réception, où un diaporama kitch des mariés tourne en boucle. Finalement, il semble ne pas y avoir de dress code, du super classe à la tenue du dimanche, tout y est, ça nous va bien ! C’est un petit mariage, il y a seulement 500 convives.

A 19:00 le festin est servi, tout le monde commence à manger alors que les mariés ne sont pas encore là. Ils arrivent enfin, après une dure journée, où le marié a dû libérer sa femme, en glissant une enveloppe d’argent et de promesses écrites sous sa porte, jusqu’à satisfaction des témoins. Même pendant le court speach des parents des mariés, tout le monde continue la dégustation. Les mariés trinquent tour à tour à chaque table, soucieux que leurs convives mangent bien.

A 21:30, les invités sont repus et rentrent à la maison, comme si c’était un jour normal. Mais on apprend que la soirée n’est pas finie pour les jeunes mariés et leurs proches. Ils se rendent dans leur nouvelle maison et poursuivent la fête en jouant et buvant. On est surpris par ce mariage que les Chinois nomment « à l’occidentale » complètement différent de l’état d’esprit d’un mariage français mais contents d’avoir pu y participer.

Nous quittons Kunming, cette ville verte, vivante et agréable, accompagnés de nombreux cyclistes chinois, qui profitent de la Golden Week pour se rendre au lac Fuxian. Le gouvernement chinois a mis en place des congés publics annuels, dont font partie les deux « Semaines d’or ». L’une fête le printemps (juste après le nouvel an chinois), celle que nous vivons célèbre la fête nationale (cette année elle est combinée à la fête de la mi- automne, où on contemple la pleine lune). Ces semaines de congés permettent de promouvoir le tourisme interne en générant un chiffre d’affaire « d’or » et sont destinées aux travailleurs pour rendre visite à leurs familles qui habitent loin. A cette occasion, 600 à 700 millions de Chinois voyagent, heureusement pour nous, dès qu’on s’aventure sur des petites routes, personne ne suit, pas même les cyclistes !

Le long du lac, explosion d’odeurs. On sillonne un village, où tous les habitants trient de l’ail frais, un autre, où les pêcheurs ramènent le poisson en humant l’air marin, et encore un autre, rempli de cochons noirs. C’est vivant et ça cultive à tout va.

Alors qu’on espérait reposer nos gambettes après notre périple en haute montagne, on découvre avec les rizières en terrasse que nous n’aurons pas de répit. On a mal aux fesses et ça continue le soir avec les mini tabourets chinois, pas prévus pour nos gabarits.. En parlant de gabarit, le mythe est vrai, les Chinois sont petits, on ne vous raconte pas la galère pour trouver des chaussures taille 42 pour Ben et des tongs taille 39 pour Mara… Plus on descend, plus on sue, plus on pue. Il fait chaud et la jungle fait son apparition. On retrouve aussi la fameuse manie chinoise qui nous fait toujours autant rire : à savoir, je remonte mon T-Shirt et touche ma bedaine en public ! Le matin on se réveille toujours la tête embrumée et on a une averse par jour, heureusement qui ne dure jamais longtemps. Cela ne nous empêche pas d’admirer les splendides paysages dans une ambiance lyrique. Le Yunnan, ça terrasse ! Rizières, bananeraies, théiers, maïs…

La jungle n’a pas fini de nous étonner par sa diversité et sa forêt luxuriante, avec entre autres des bambous géants qui se croisent au dessus de nos têtes. Mais parfois l’homme y a mis sa patte, pour laisser place à des forêts bien rangées d’hévéas, dont on récupère le latex pour la production de caoutchouc. Après une grande période en montagne et dans le désert, on s’émerveille des crissements des insectes et des sifflements des oiseaux, qui tranchent avec le calme des régions arides. La jungle vit !

Vous l’avez compris, le Yunnan est réputé pour son agriculture, assez intensive mais toujours avec des méthodes traditionnelles (moisson et battage du riz, cueillette du thé à la main). Nous ne traverserons pas la région de la culture du tabac, mais dans tout le Yunnan, on consomme le tabac dans une sorte de bang en bambou. En Chine d’ailleurs le tabac a son importance : proposer une cigarette à son interlocuteur est une marque de politesse, et ce geste est commun à toutes les régions qu’on a visitées.

En se rapprochant de la ville de Pu’Er, qui a donné son nom aux célèbres thé vert compressé et thé noir fermenté, on a pu contempler les nombreuses terrasses de théiers. Mais les feuilles n’étaient pas noires !? En fait le thé noir, blanc, vert.. dans le monde entier, provient d’une seule plante : le Camelia Sinensis. C’est la méthode de séchage et le temps d’oxydation après la cueillette, qui en changera l’arôme et la couleur.

Le Yunnan est également la région chinoise qui concentre le plus grand nombre de minorités ethniques (26 sur 56 en Chine). Arborant de jolis costumes colorés, on a croisé notamment les Hanis connus pour leurs rizières en terrasses, les Yis, les Bais, les Laos, les Thaïs, les Tibétains. Pour le soir de la mi- automne, nous sommes invités par une famille Hani à partager un festin dans leur modeste garage, qui fait office de chambre familiale. Les enfants ont confectionné pour l’occasion de petits lampions, on partage en famille des « Moon Cakes » et des fruits. L’excitation est au sommet lorsque les pétards et le feu d’artifice retentissent dans la petite ville au milieu de la jungle. Les Chinois ne manquent pas une occasion pour allumer des pétards! Naissance, mariage, ouverture d’un café… ou pleine lune de la mi-automne.

Cette région nous a aussi marqués par sa pauvreté, contrairement à tout le reste de la Chine. Les routes et les maisons sont en moins bon état, les rues sont sales, les déchets sont brûlés dans les rues et des odeurs parfois pestilentielles se dégagent des bords de routes, exacerbées par la chaleur et l’humidité. Sans compter les nombreux camions qui transportent un bien indéterminé, qui laisse une odeur répugnante sur son passage. On découvrira seulement un mois plus tard, en Thailande de quoi il s’agit !

Mais l’argent ne fait pas le bonheur ! Les Yunnanais, souriants et avenants, ont fait preuve d’une belle générosité à notre égard. On n’arrive même plus à compter le nombre de fruits qu’on nous a donnés en Chine.. Bananes, pomelos, « fruit vertical » (selon google translate, no comment), pastèques, melons : à la grande joie de Mara et parfois au désespoir de Benoît qui porte ! Et aussi en nous invitant toujours à dormir dans des lieux parfois surprenants. On dénombre un immense lit double avec des draps frais derrière un restaurant, la chambre universitaire du coloc d’un jeune professeur de physique, le hall d’un hôtel classe, le auvent d’une maison, à côté d’un poulailler (à 2 mètres du coq: mauvaise idée!) . . .

Pour notre dernière soirée chinoise, à 5 km de la frontière Lao, c’est un cuisinier Han et son beau frère Thaï qui nous offrent des tournées de shots d’alcool de maïs, en trinquant à chaque lampée. Comme d’habitude, ils mangent très vite et il y a beaucoup trop à manger, signe d’opulence. Ce soir là, ils nous enseignent nos premières bases de la langue lao, alors que nous commencions à peine à nous débrouiller en Chinois.

Ce n’est que partie remise, la Chine a été pour nous deux un gros coup de cœur de ce voyage, car elle regorge de surprises. Alors c’est certain nous y reviendrons !

 

6 réactions au sujet de « Chine : Le Yunnan »

  1. salut

    c'est marrant de voir en vrai les paysage d'où viennent certains produits ! ça semble etre une region magique ! je prefere leurs habits traditionnels de tres bon gout que le h et m de la femme moderne occidentalisé . la jungle, c'est beau la diversité ! merci c'est marrant de voir tout ça !

    bisous

  2. Etes vs passe dans la region du GHANSHI Wregion de GHANZU (Canton Guilin.Liuzu.. ?ds ds minorites Miao. ?
    la Chine c est beau et surprenant Je partage votre point de vue
    Bonne route. Votre site est vraiment bien structuré

    Fred

  3. Coucou les sportifs,

    C'est beau ce coin de la chine, paysages proches de leur voisins du sud, dès qu'une région est cultivée, les paysages sont encore plus beaux, parfois l'homme appporte du bon à la nature….

    Moi qui avait un a priori un peu négatif envers la chine vous m' ouvrez d'autres horizons sur ce pays tant en terme d'accueil et de contacts que de paysages et culture tibétaine…

    Bonne continuation, j'espère qu'arrivés sur les plages vous aurez plus de moustiques car entre le bronzage cycliste et les pois rouges (le maillot du meilleur grimpeur :):), ce sera mémorable, une photo souvenir!!

    Bisou à tous les 2  des tuilier

     

    Sylvie

     

     

  4. Coucou,

    Tres interessant article sur le Yunnan! Ça a l air très différent d autres régions chinoises! J aime beaucoup la photo de Yis sur le marché : le contraste chinois! Il y a une dynamique et une expression saisissante…. top!

    bravou aussi pour le col à 4800 dans le Sichuan!!!!

    au fait en Thaïlande si vous trouvez des plans sympas dans les villages Karen au nord de Chang Rai, nous sommes preneurs! La biz et bon anniv à retardement!

    Edmond

  5. Slt les cyclistes,

    c'est vraiemnt fénial de pouvoir partager votre route, vos surprises et vos galères. Les photos parlent d'elles mêmes, tant sur l'hospitalité des locaux que des paysages. Merci de continuer à nous faire rêver !!

    PS: Ben, je vois -sauf erreur- que tu as toujours ton beau t-shirt Velan…"Quality that last" comme on dit 😉

    Bonne route.

  6. Le Yunnan

    semble avoir son lot de surprises agréables. J'en suis heureux pour vous. Que de souvenirs doivent se bousculer dans vos têtes !!!

    C'est vrai que l'argent ne fait pas le bonheur! Le président de l'Uruguay disait que la seulle façon d'être heureux est de se contenter de ce que l'on a ! C'est trop vrai !

    Je pense même que ce que les gens donnent est indépendant de ce qu'ils peuvent donner. C'est ça la vraie vie.

    Heureux aussi que vous ayiez pu assister à un mariage chinois, somme toute simple et très festif.

    Enfin, ce passage en Chine vous a révélé des moeurs complètements différentes, et c'est pour cela que vous serez plus ouverts à l'autre et à la différence. Vraiment je m'en réjouis.

    Grosses bises à vous deux. Et merci, continuez à nous étonner !!

    Guy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *