Centre de la Thaïlande : de Pai à Bangkok

Centre de la Thaïlande : de Pai à Bangkok

Kréééko.. Kréééko.. Krrrrééék…. . . . .. << C’était quoi ce bruit ?!?

– Incroyable !! Ca fait longtemps que j’avais pas entendu ça, un serpent mange une grenouille ! >>

Dans la ferme de Tacomepai, on se retrouve un peu comme des gamins. On apprend des choses chaque jour, on mange des fruits et légumes inconnus. Saviez-vous que les bananiers poussent en 3 mois, ne produisent qu’un régime de banane, et qu’on les récolte toute l’année? Qu’il y a plus de 200 espèces de bambous en Asie, et qu’une espèce fleurit une seule fois, simultanément au sein d’une région entière, floraison qui conduit à sa mort? Que les camions qui puent transportent du latex frais ?

Pure, qui vivait il y a 4 ans dans la folie citadine de Bangkok, démarre un nouveau projet. Son état d’esprit est que la nature est si bien faite qu’il suffirait de lui laisser faire le travail. On met le pied dans un projet où tout est à faire et ça nous plaît.
Mais après des années de monoculture, il faut commencer par nourrir le sol. On s’atèle à faire du composte et à déposer du foin de riz sur des tronçons de terre en jachère. Pure veut mettre en place une culture mixte, avec des arbres et des fleurs pour faire venir des prédateurs contre les parasites. Du coup, on manque de marcher sur un oignon, planté en plein milieu du désordre de la jungle… Histoire de bien désorienter les insectes.

En parallèle, on commence la construction d’une maison en terre et bambou. Et là, il est difficile de mettre nos esprits d’ingénieurs et de Français au placard. On doit se remettre en question pour s’adapter à un rythme, où tout est prévu au dernier moment et rien n’est fait dans un soucis de rentabilité. L’important est de se faire plaisir et d’avoir suffisamment pour vivre paisiblement.

On apprend cela dit qu’on peut vraiment tout faire avec les denrées de la nature. Les feuilles de bananiers remplacent le papier sulfurisé ou même un moule à gâteau et les bambous servent à tout :construire, manger, tisser.
En plus, on a la chance de participer à la moisson du riz avec des locaux, qui s’entraident pour ces tâches énergivores : à la serpe et au rotofil. Les épis de riz doivent ensuite sécher pendant 10 jours, avant d’être battus, et enfin d’enlever la cosse et le son pour obtenir le riz blanc (on garde le son pour le riz complet).

DSC_9758
La moisson du riz à la serpe

C’est avec une pointe d’hésitation et un gros pincement au cœur que nous quittons Pure et la vie dans sa ferme, mais nous avons envie de rallier Bangkok, notre destination finale, à vélo.

Après une réparation et une belle visite de Chiang Mai, on se met en mode « défi sportif » pour pouvoir accueillir Fab’ à temps. On pédale fort mais, lors de nos nombreuses pauses, les Thaïs réussissent à nous intégrer à leur quotidien, nous faire participer à leur vie. Sans forcément plus de curiosité à notre égard, ils nous mettent toujours à l’aise. On a l’impression d’être des Thaïs parmi d’autres. Après une après-midi à contempler l’activité d’un marché. Tout le monde range son pick-up et on se regroupe pour partager le repas. Puis la soirée se transforme en karaoké, et entre les chansons thaïs, Mara entonne « Jimmy ». Au petit matin, notre gentille mamie nous sert le petit déj’ avant d’apporter celui à la maison des esprits, présente devant chaque maison. Bien que pour la majorité bouddhistes, les Thaïs gardent cette croyance animiste.

On traverse de grandes étendues marécageuses, des rizières à toutes les étapes de la production (labourage, repiquage, moisson,…), et des petits villages animés. Un pur bonheur même si #selle irritation des fesses. Pour notre dernière journée avant d’arriver à Bangkok, le dimanche, c’est combat de coqs. La pression monte pendant la comparaison méticuleuse des coqs, le combat commence, jusqu’à l’explosion de testostérone. On est complétement submergé par l’ambiance. Ca y est, on est des vrais Thaïs!

DSC03317
Combat de coqs

9 réactions au sujet de « Centre de la Thaïlande : de Pai à Bangkok »

  1. Hello tous les 2,

    Super votre "stage immersion" dans une ferme thailandaise, un autre rapport au pays et au travail ! bien loin de nos pratiques.

    Toujours aussi beaux ces paysages il faut que j'arrive à convaincre mes hommes d'une petite escapade thai…

    Super interessant toutes les infos sur les bananes, le latex, le  bambou couteau -suisse :):):)

     

    Bisous à tout les 2 et à très bientôt

     

    Sylvie & Co

     

  2. Bonjour Mara et Ben

    A chaque article ses nouveautés. J'apprend avec délice que Marina devient " main verte"!!!!

    J'ai un petit faible pour l'alphabet Thaï, une très jolie calligraphie qui est douce et enfantine…

    Bisous

    Ca approche.

    Florence

  3. Merci pour ces récits de voyage agrémentés de belles photos, il y a un vrai talent de reporter photographe 😉

    Ca dépayse et donne des envies de partir à l'aventure…

    Profitez bien de ces moments, c'est une belle récompense après tant de kilomètres parcourus !

    Bravo à vous 2, vous êtes incroyables.

    A bientôt en France ?! 😉

    Florent

     

     

     

  4. ah c'est autorisé les combats de coqs en Thaïlande? au Cambodge c'était interdit : ils organisaient des combats illégaux…

    petite hésitation avant de quitter la ferme?? une reconversion dès votre retour?

    on attend les photos de vos plongées 🙂

     

  5. Coucou les Jeunes

    Moi qui suis d'ordinaire très très bavarde..vos photos et vos récits me laissent sans voix !!! Vous êtes fabuleux . Bravo pour votre façon de décrire tout ce que vous vivez , on a vraiment l'impression d'être derrière vous ( vu votre grande forme … derrière mais très loin !!! ) Je vous embrasse très fort, je vous félicite et vous remercie de ces bons moments passés avec vous devant mon écran et profitez bien de cette dernière ligne droite ….

  6. Toujours aussi bien ces récits,  vous allez pouvoir en faire un livre …

    On espere que vous avez pris des notes car on vous attends pour nous initier à la permaculture !!

    Et si vous pouviez ramener dans vos valises un peu de latex pas forcement frais … pour Maryse qui cherche un matelas en latex naturel !!!

    Bisous à vous deux.

     

  7. Super d'avoir pu partager la vie des Thaïs de manière aussi proche ! La permaculture est d'actualité, Christophe commence à tester à Opio pour nos légume de l'été prochain. Superbes images et récit, cela donne envie de découvrir encore un pay. J'y pars à la fin du mois pour 3 semaines, chouette !

    Des bises

    Bonne route

    Véro

  8. Moi qui voulait un jour aller élever des chèvres en Corrèze… Finalement, je vais me réorienter sur le banbou en Thaïlande !

Les commentaires sont clos.

Les commentaires sont clos.