La Thaïlande vue par Fab’

La Thaïlande vue par Fab’

On attend Fabien avec impatience à l’aéroport de Bangkok. On le voit enfin arriver et c’est à travers ses yeux (sans lunettes!) que vous allez découvrir notre périple à trois. Pour notre part c’est un vrai plaisir d’avoir partagé un bout de ce voyage avec lui !

<< Sawat dii Khrap!

Arrivé le 20 novembre à l’aéroport de Bangkok, je suis accueilli par une Mara et un Ben tous bronzés et radieux (le vélo semble donner une mine éclatante, pensais-je). Tellement content de les revoir après tant de mois, et surtout de pouvoir partager un bref instant leur expérience.

cof
Le petit Fabien est attendu à l’accueil !
Bangkok

Nous passons quelques jours à Bangkok, alternant les repas fabuleux et les balades digestives.  La ville me rappelle New Delhi : de l’odeur de nourriture partout (grâce aux petits stands très pratiques pour faire des pauses « petite force »), le trafic dense et absurde (si les scooters avaient la capacité de rouler « sur » les voitures, je pense qu’ils le feraient), des gens partout, de la vie…

Nous visitons quelques temples bouddhistes. Nous sommes mêmes invités par une famille à une cérémonie : leur neveu devient moine ce jour, ils nous convient à la fête. Ils nous offrent le repas, nous demandent de nous joindre aux photos. Pour un premier aperçu de la Thaïlande, je suis conquis. Nous finissons le tour de la ville par les monuments royaux (places, jardins, palais), puis rentrons par le « bateau-bus »  jusqu’à chinatown, qui est proche de notre logement.

Kanchanaburi & Erawan waterfalls

Nous partons ensuite pour la ville de Kanchanaburi. Nous nous cultivons dans le musée du « Train de la mort », une histoire sordide qui relate l’exploitation des Thaïlandais et prisonniers de guerre par les Japonais. Cela nous fait voir la 2ème guerre mondiale d’un autre point de vue.

Puis, nous allons en direction des cascades d’Erawan. Nous grimpons les 7 niveaux de cascades, et nous baignons, une fois arrivés au sommet. L’endroit est plutôt calme (par rapport à nos appréhensions), et le cadre est vraiment splendide.

DSC03346
Baignoire turquoise des cascades d’Erawan

Nous continuons de bien manger (la nourriture est vraiment très bonne), puis dégustons les premières bières locales (Singha, Chang, Leo).

Ayutthaya & Lopburi

Nous partons désormais pour Ayutthaya, une ville regorgeant de vestiges anciens (et de nourriture !). Nous rencontrons le « fameux » Buddha dans l’arbre, et des vestiges de temples très impressionnants. En traversant les parcs, nous croisons des femmes qui jouent au croquet, et une vie plus sauvage (des gros varans, beaucoup de chauves souris et de chiens).

DSC_9935
Où est Charlie?

Nous attaquons la soirée au marché de nuit (décidément, cette nourriture est trop géniale), puis finissons à l’Amuse Bar. Ce bar qui sentait l’aimant à Falang (= étrangers) se révèle plutôt un lieu Thaï dans lequel nous avons droit à un concert de reprises Thaïs et occidentales de pop et de rock.

Le lendemain, nous louons un vélo pour que j’arrête de leur courir après (oui oui, un vélo !). Nous mettons le cap sur Lopburi (oui oui, en vélo !). C’est parti pour mes premières bornes en selle aux côtés de Ben et Mara.

Le vent nous fait forcer un peu plus mais nous sauve de la chaleur du soleil. Nous quittons la ville, traversons la campagne, faisons des pauses « petite force » dans un petit village parce que Ben a faim (Benoit a toujours faim, ce qui ne va pas me déplaire, soyons bien d’accord), puis terminons la journée après une 40aine de km.

Nous nous arrêtons à un temple pour  demander aux moines si nous pouvons planter la tente sur leur terrain.  Une fois installés, nous sommes invités à manger par des personnes au temple. Ils ont beaucoup de nourriture, nous ne savons pas en quelle occasion (le dialogue n’est pas évident sans parler la langue). Nous mangeons comme des rois, puis sommes invités à rester auprès d’eux. Nous sommes fascinés par deux gars qui s’affrontent aux échecs.  Nous finissons par regagner nos appartements. La nuit s’annonce intéressante au milieu de la musique qui émane du temple et des hurlements de chiens sauvages.

A 5h30, le temple s’éveille. Les moines font péter le son dans les enceintes ! Sur du raggae/ska traditionnel, nous levons le camp puis partons en direction de Lopburi, la ville des singes. En effet, les singes sont partout ! Ils envahissent la ville, les monuments, les toits. Les roof tops des bâtiments sont systématiquement entourés de grillage. Cette ville semble être un zoo à humains, du point de vue des singes (remarque très pertinente de Ben).

DSC03393
Lopburi: Attention, plus de 40 macaques se cachent dans cette photo

Nous rentrons alors à Ayutthaya, rendre le vélo et finir mon premier trip cycliste, puis prenons un train de nuit (en 3ème classe, expérience très intéressante) pour atteindre notre nouvelle destination : Krabi.

Krabi et les plages paradisiaques

– Eh bien, il pleut…
– Comment ça, il pleut ?

Et oui, même en dehors de la saison des pluies, même si cela reste exceptionnel pour le pays, il arrive de pleuvoir. Et ça ne fait pas semblant ! (cela confirme qu’il n’y a bien qu’à Serre Chevalier qu’il fait beau tout le temps)
A Krabi, nous profiterons de concerts sympathiques, de 1237 marches d’escalier abruptes pour monter au temple du tigre (plutôt efficace pour me saigner les guiboles), de mojitos fabuleux et, entre 2 « café pan » (café frappé en mieux) et 2 « gelages de cerveaux » de Ben (en buvant les fameux café pan), je reçois une déclaration d’amour de la part d’une serveuse adorable. Je lui brise le cœur, nous devons malheureusement partir…

…  pour Koh Lanta, une des îles paradisiaques de la Thaïlande !Le temps est toujours un peu bougon, mais nous nous tenons au plan d’origine.
Nous louons des vélos, faisons du kayak, de la plage, et de la plongée sous-marine ! Les fonds marins sont magnifiques. Nous rencontrons des Nemos (cf photo), des Doris, des murènes, des étoiles de mers et des coraux de toutes les couleurs. C’était super !
Les soirs, c’est soupe de nouilles (on ne s’en lassera jamais) et cocktails sur la plage avec un fond de musique Raggae (ça non plus, on ne s’en lassera jamais). Les installations laissent à penser que l’endroit doit être inondé de touristes. Ce n’est étrangement pas le cas : nous sommes agréablement surpris par le calme qui y règne.

Photo_plongee
Plongée à Koh Haa: photo non-contractuelle

Nous partons alors pour Koh Falang*… Enfin, je veux dire Koh Phi Phi !

(*blague : Koh veut dire « île » et Falang veut dire « étranger », si vous n’avez rien suivi)

En effet, l’île de Phi Phi est très touristique. Réputée notamment grâce (ou à cause) du film « La plage » et des « Full moon parties » (soirées beuveries des étrangers sur la plage les nuits de pleines lunes).

Nous sommes reçus avec des « Good morning kaa »* et des « Good morning krap » ce qui nous fait beaucoup rire.
(* kaa et krap sont les marques de politesse Thai. Nous sommes amusés et attristés de constater que les thaïs ne prennent même plus la peine de dire bonjour dans leur propre langue, mais dans un mix anglais-thaï)

L’île ressemble malheureusement à ce qu’on redoutait : un très bon exemple de la surexploitation du tourisme en Thaïlande. Nous trouvons ici beaucoup d’hôtels au bord de la plage, beaucoup de pizzerias, beaucoup de bateaux à moteur et beaucoup (beaucoup) d’étrangers. L’ambiance est donc bien moins paisible, ce qui semble fatiguer les locaux qui sont bien moins souriants et sympathiques.

Nous profitons malgré tout de la plage, de l’eau bleue turquoise et du snorkeling (qui a dit cocktail ?).
Bien que nous soyons le jour de l’anniversaire de l’ancien roi et que tous les bars ferment exceptionnellement très tôt, il y a bien un avantage à Koh Phi Phi, on peut faire la fête et on ne se privera pas !

Nous finirons par repartir sur Phuket pour que je prenne mon bus qui me remmènera à Bangkok.

DSC_0011
Koh Falang c’est quand même beau !!

Ce voyage est passé trop vite et nos têtes sont remplies de souvenirs fabuleux. Je ne suis pas encore parti que j’ai déjà hâte de revenir dans ce merveilleux pays !

C’est ici que nos chemins se séparent. Mais les routes se recroiseront très bientôt !

Bonne route à vous 2 et encore mille mercis de m’avoir permis de faire ce bout de chemin avec vous !

Fab’ >>

 

5 réactions au sujet de « La Thaïlande vue par Fab’ »

  1. Bravo FAB pour cet article qui nous permettent de vous suivre un peu dans vos différentes activités sportives(vélo, kayak, plongée…et lever de chopes de mojito!!

    J'ai trouvé Charlie.Qu'est-ce que je gagne?

    Bravo aussi pour ta position lotus dans le train!Tu vas pouvoir économiser de la place dans ta chambre!

    Penses-tu que Ben a gagné en souplesse durant son voyage?!

  2. Merci à FABIEN de nous avoir fait participer  à son magnifique périple  avec ces amis aventuriers.

    Beau récit avec humour et émotion .

    C' est très sympa  à BENOIT et MARINA  de lui avoir fait entre autre ce bel accueil .

     FABIEN , aurait- il pris gout au vélo  ?…………..un vélo !  ça pourrait faire un beau cadeau pour NOEL  ( mais non, stresse pas  FAB ……….. j' rigole )

    Je suis trés heureux que vous ayez pu partager ensemble  ces moments  magiques .

    Comme PIERRE , je fais mes pronostiques :  Si FAB retourne en Taïlande, je pense que ce sera plutot  pour retrouver sa petite serveuse plutot que pour se faire moine …….

    Que de beaux souvenirs ………………..pour nous tous . Bonne continuation pour MARABEN

    Marc-Henri

  3. Merci Fab pour là rédaction de cet article.

    J'ai l'impression que tu repartirais volontiers en Thailande mais …. plus pour profiter de la nourriture et les mojitos que pour le periple en velo !!

  4. Bonjour à tous

    Merci donc à Fabien d'avoir accompagné Marina et Ben. Je suis content pour vous tous que ce se soit bien passé (bien que je n'aie pas eu de doute !!!). Les photos reflètent bien l'ambiance dans laquelle vous avez abordé ce court trip. Je vois que les activités et les découvertes n'ont pas manqué !!!

    Des images en plus plein la tête pour vous trois !!!! Que du bonheur pour vous et je m'en réjouis vraiment !!!

    Bises à tous

    Guy

     

Les commentaires sont clos.

Les commentaires sont clos.