De l’Arménie à Tbilisi, la petite Italie

De l’Arménie à Tbilisi, la petite Italie

On sillonne les gorges arméniennes pour arriver en Géorgie. A peine la frontière passée, nous sommes accueillies par de larges sourires, cela nous avait un peu manqué. On nous offre des pommes, des cafés, de la vodka. On nous invite à jouer aux dominos devant les stands de lessive et de Pampers sur le bord de la route ; c’est moins cher qu’en Arménie. Ici les dominos se jouent avec un boulier, le but étant de marquer des multiples de 5 en additionnant les extrémités du jeu.

DSC_7011

En quelques heures, une nouvelle culture s’impose à nous. Les gens nous saluent plus spontanément, troquant les « Barev » arméniens contre des « Gamarjobat » géorgiens. La langue a des consonances chantantes de l’Italien et gutturales du Russe, l’alphabet a changé. La pays nous semble enjoué.

En cherchant une petite route pour éviter une grosse zone industrielle et la route nationale du coin, on réalise que la dite route n’existe pas. L’échec. Jusqu’à ce que Jimsher nous propose d’enfourner nos bécanes dans sa camionnette afin de sauter cette centaine de kilomètres surchargés de trafic. Nous voilà alors parties pour la région viticole à l’Est du pays: la Kakheti. A 22:00, la gérante de l’hotel de Sighnaghi nous accueille au chai et au vin maison. Au petit déjeuner du lendemain, nous avons droit au Chacha, le Grappa local. « Un verre chaque matin c’est bon pour tuer les bactéries et ouvrir l’appétit ! ».


Après quelques grosses journées de vélo et suite à des douleurs au genou et au tendon d’Achille de Marina (il faut le temps de décrasser la mécanique..), nous décidons de baisser le rythme et de nous octroyer des pauses culturelles. Mais les chiens ne nous épargnent pas, nous forçant à piquer régulièrement des pointes de vitesse !

DSC_7057

Dans la région de la Kakheti, en mettant un pied dans une superette, deux verres de vin sont déjà prêts pour nous souhaiter la bienvenue. Le vin géorgien fait la fierté de ses habitants, qui considèrent détenir la seconde méthode de vinification au monde, après celle dite européenne. Conservé dans des jarres d’argile, le vin macère avec les pépins et la peau pendant des mois. Le plus connu d’entre eux, le Saperavi, rouge sec. A notre goût les Géorgiens excellent dans les vins liquoreux semi doux comme le Kindzmarauli, Khvanchkra, Alazani, Ojaleshi, Pismaroni (rouges) ou bien le Tetra (blanc). Nous visitons la cave de Kvareli accueillies en fanfare par les « chevaliers de la table roooonde.. » A l’occasion nos vélos sont baptisés Eka & Nana. Ici c’est comme en Bourgogne, mon verre est plein je le vide, mon verre est vide, on le plaint !! Le conseil au voyageur sera de ne pas boire trop vite.


Le revers de la médaille c’est qu’on évite les groupes d’hommes, qui ont un peu forcé sur la Vodka, ciblant les femmes chaleureuses et prévenantes. Entre les mamies qui nous vendent les qualités de leurs petits fils et les hommes qui se réjouissent de rencontrer des étrangères, un mot nous aura été bien utile dans ce pays : Muj (Mari en russe). Histoire d’être tranquille nous décidons de nous faire passer par des femmes mariés qui voyagent entre soeurs, laissant les maris à la maison. Concept qui leur semble relativement abstrait, mais qui nous arrange bien !
DSC_7045

Tout comme en Arménie nous sommes accueillies en grandes pompes. On vous raconte l’histoire de Nana et de sa famille dans le petit village de Kitaani. Le village est éclairé à la bougie depuis la rafale de vent de la veille, la maison est quasi vide, les vitres cassées, les toilettes sèches sont dans la cour, il n’y a pas de douche mais deux immenses potagers. Nous sommes conviées à dormir dans une chambre qui est peut-être la chambre parentale et nous avons droit à un festin lors d’une soirée de partage mémorable. Pour l’occasion, Nana part acheter des Khinkalis (gros raviolis épicés exquis) et un jeu de cartes. Personne ne parle anglais mais le manuel d’école du cours d’anglais de Nodari, son fils de 10 ans, nous permettra de rire aux éclats jusqu’à 2h du matin alternant entre tours de magie, jeux de cartes (tamashi) et discussions diverses. Ils ne sont jamais sortis de leur pays mais ont un sens de l’hospitalité hors du commun. Difficile de s’endormir ce soir, tant la chaleur humaine était intense.


Le coeur gros nous reprenons la route sur la plaine des vignobles en direction d’Alaverdi. Beaucoup d’églises et de monastères sont témoins des très nombreux pratiquants du christianisme orthodoxe. En passant devant une église la plupart des Géorgiens font un signe de croix, geste surprenant quand c’est notre chauffeur de camion qui le fait au volant ! Dans les églises les Géorgiens ont l’habitude d’embrasser les objets ou les murs.

DSC_7078
Alaverdi

On évite une vallée de minorités tchétchènes et islamiques radicales pour tomber sur un très beau chemin de montagne qui nous conduit à Tianeti. Les troupeaux de vaches et de moutons bloquent souvent la circulation. Beaucoup de routes sont en construction avec méthodes de terrassement douteuses faisant dévaler d’immenses blocs rocheux sur un chemin ouvert au public. Après quelques nuits orageuses sous tente et deux jours sous un « mistral » local en pleine face, nous sommes ravies de regagner bientôt la capitale.

Après un passage dans le parc national au Nord de la capitale, nous entamons une longue descente sur Tbilissi, dont les bains de souffre raviveront nos muscles. Par son architecture, cette ville nous semble être à la croisée entre l’Europe et l’Orient, l’ancien et le moderne. Un vieux centre aux balcons de bois colorés, d’immenses églises et cathédrales, une mosquée, des reliques de l’époque soviétique, des édifices d’architecture moderne. Un programme de rénovation des trente dernières années en fait une ville passionnante. Contrairement à l’Arménie, en Géorgie, différentes religions vivent en paix. A l’image de la région frontalière que nous avons passée quelques jours auparavant, les minorités azéries cohabitent avec les Géorgiens orthodoxes. A Tbilissi il y a même une Mosquée où Sunnites et Chiites se rassemblent en un même lieu pour prier.

DSC_7244

Nous faisons d’ailleurs une petite excursion au monastère troglodyte de David Gareji pour marcher sur la frontière azérie.

En Géorgie ce sont plutôt les tensions avec la Russie qui sont au goût du jour. La ville s’active le matin vers 10:00 heures pour ne jamais s’endormir, contrastant avec la vie dans les villages, rythmée par le chant du coq et la traite très matinale. A Tbilissi par contre c’est le royaume de la voiture, les piétons étant relégués à de rares passages sous-terrains.

Last but not least, ce qu’on aime de la Géorgie c’est sa cuisine épicée, originale, riche dans tous les sens du terme ! La coriandre en est maîtresse !
Les indétrônables Khikalis (raviolis épicés), un délicieux pain blanc, beaucoup de patisseries à base de fromages et d’oeufs (Khatchapuris, Acharulis), champignons au fromage fondu, kebab, omelettes, lait qui sort du pis de la vache, fruits au sirop (figues, pêches..), limonades faites maison, jus de grenades et surtout des tranches d’aubergines fondantes à l’ail ou à la pâte de noix ! Par contre on se passerait de la cigarette dans les restos.. On a aussi goûté l’eau géorgienne et arménienne et notre corps s’en porte très bien pour le moment !

En bref, la Géorgie nous a enchantées par son originalité et sa fraîcheur ! Ses habitants, son vin, sa cuisine, ses montagnes. Une petite Italie qui mérite à être connue…

On a récupéré Marion et on s’apprête déjà à un changement de compagnon de voyage pour poursuivre l’aventure géorgienne en direction de la Turquie ! Affaire à suivre..

DSC_7229

Au passage je vous remercie de nous suivre. Je ne prends pas le temps de répondre à vos commentaires mais ça me réchauffe toujours le coeur de vous lire.

DSC_7099

11 réactions au sujet de « De l’Arménie à Tbilisi, la petite Italie »

  1. salut les filles ! enfin un peu de temps pour lire vos article ! classe la georgie, pour moi aussi ça a été un coup de coeur ! , je la comparerais plus à la france pour sa variété  mais c'est personnel !

    Merci pour votre carte, original votre systeme d'envoie !

     

    tres interressant l'article, je check les autres ! à bientôt !

     

  2. Merci à tous pour vos commentaires plein de compliments et d'enthousiasme. Et oui c'est hyper fort ce genre de voyages, ça fait chaud au coeur 🙂 Je repars rempli de toute cette chaleur humaine et ces rencontres

  3. quel geek ce guy 🙂

    vous en êtes à combien de km?

    Bonne route pour la suite,

    nous aussi on a fait du vélo ce week end, en mode raid multisport… j'espère que votre fessier s'adapte mieux que le mien…

  4. Bonjour les filles

    Je suis contente de voir que la relève est prise par Marion. Le regard illuminé des trois enfants dans la pénombre de la pièce est magique, Clém est rayonnante aussi , ça fait plaisir à voir.

    J'apprécie la variété de vos rencontres et la qualité de vos  photos .

    Vous avez de nombreux lecteurs qui vous admirent sans partager de commentaires sur votre blog . Je vous adresse des félicitations de leur part.

    Je vous souhaite bonne route et à très vite

    Gros bisous

    maman

  5. je suis bien d'accord avec vous Guy! les photos rivalisent avec les articles… un livre se préparerait il ????

    profitez en bien !

     

    bises de Suisse

     

  6. Superbe reportage photo sur la Géorgie, commentaires amusants et enthousiastes. Vous avez l'élégance de passer vite sur les ennuis. Faut pas inquiéter trop Maman!

    Pierre

     

  7. Toujours aussi superbes tes articles Marina et les photos splendides … je regrette d'avoir mon âge je partirai bien aussi sur les routes à pieds ou à velo rencontrer toutes ces belles personnes .. et sympa aussi de voir ce que Ben et Roro ont traversé … hâte de te lire Bonne route les filles ! Biz Véro 

  8. Salut les filles !!!

    Super cet article !!! Je l'ai lu dès que possible, mais l'accès a été retardé car je pense que tout le monde se battait au portillon (Limite en termes d'accès simultannés ?).

    Les photos sont suprbes. Bravo aux photographes !!!! et le texte rivalise avec les photos !!!

    Content que Marion soit bien arrivée. C'est parti pour un tour pour Marion et Marina. Et Clementine repart probablement avec plein de chaleur dans le coeur. C'est cette relation aux autres qui compte à mon sens plus que ces splendides paysages que vous avez traversés.

    Bises à vous trois

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *